Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Masquer les commentaires

Les bons gestes

bugiOsVous avez dit obsolescence ?

Un objet est menacé par plusieurs types d’obsolescence :

– obsolescence directe : induite par une usure, qui peut être programmée par le constructeur…

– obsolescence indirecte : liée à l’impossibilité de démonter un appareil ou de le réparer faute de pièces détachées, à l’absence d’un service après-vente ou de frais de réparation trop élevés,

– obsolescence d’incompatibilité : dont l’exemple emblématique est le logiciel,

– obsolescence d’évolution : due à l’apparition d’une nouvelle génération d’appareil (la télé avec télécommande par exemple),

– obsolescence de marketing : qui consiste, à l’instar de la mode vestimentaire, à sortir très régulièrement un nouveau modèle censé faire oublier le précédent. Relative donc, puisqu’on peut y résister… mais néanmoins très efficace !

Mettre à niveau plutôt que racheterCircuit

Votre PC ramollit ? Une mise à jour de quelques composants suffira généralement à retrouver le niveau de performance dont vous avez besoin : changement de carte mère, ou de disque dur, ajout d’une barrette supplémentaire de mémoire vive de 2 Go (entre 10 et 30 €) permettent de redonner un coup de jeune à un ordinateur qui peine.

Pas besoin de changer systématiquement l’écran, la tour et le clavier !

MixeurBien choisir

Avant d’acheter un produit sophistiqué (électroménager, photo…), informez-vous sur sa fiabilité. Consulter les forums d’échanges (ex. : http://obsoprogram.forumgratuit.org) et les sites consacrés à cette question (ex. : www.produitsdurables.fr) peut vous éviter d’acheter un mixeur qui vous lâche au bout d’un an.

Se méfier par ailleurs des effets d’aubaine : les marques inconnues à prix cassé. Mieux vaut payer un peu plus cher un produit qui durera longtemps : parce qu’il est mieux conçu ou fabriqué, ou parce que son constructeur fournit des pièces détachées dans la durée.

Distinguer les dates limitesYaourt

Ne jetez pas systématiquement tous les produits alimentaires dont la date limite est dépassée car il faut bien distinguer :

– la date limite de consommation (DLC) : appliquée à des denrées microbiologiquement susceptibles de présenter, après une courte période, un danger immédiat pour la santé humaine : laitages, charcuteries et viandes fraîches, plats cuisinés réfrigérés, etc.

– la date limite d’utilisation optimale (DLUO) : non impérative, elle signale des denrées qui peuvent perdre une partie de leurs caractéristiques de goût ou d’aspect sans pour autant être dangereuse pour la santé. C’est le cas par exemple des gâteaux secs, du café.

Crédits images : flickr – xeeliz / flickr – dullhunk / flickr – nickel.media / flickr – Damien Clauzel / fickr – fred_v

Sciences et techniques

Théories et pratiquesAmpoule

L’américain Bernard London est identifié comme le créateur du concept d’obsolescence programmée. Dans son ouvrage « Ending the Depression Through Planned Obsolescence », il écrit ainsi en 1932 : « Partout les gens désobéissent à la loi de l’obsolescence. Ils utilisent leur vieille voiture, leurs vieux pneus, leurs vieux postes de radio et leurs vieux vêtements plus longtemps que les statisticiens ne l’avaient prévu. » Pour relancer l’économie, il propose de « programmer l’obsolescence du capital et la consommation des biens au moment même de leur production. » À voir ici plus en détail.

Dans la pratique, le premier exemple signalé d’obsolescence programmée date de 1924. Les principaux fabricants d’ampoules (General Electric, Osram, Philips, etc.) décidèrent de brider la durée de vie de leurs produits : les ampoules trop résistantes étaient écartées sur le banc d’essai. L’obsolescence programmée est née à cette époque, en même temps que la production en série. L’offre augmentant, les industriels cherchaient à faire suivre la demande…

Pour aller plus loin : http://obsolescence-programmee.fr

BasDes bas trop résistants…

En 1937, Wallace Carothers, de la société américaine Dupont de Nemours, déposait aux États-Unis le brevet du nylon. L’industrie du textile synthétique, notamment au travers du bas nylon, rencontra dès lors un succès retentissant. Plus résistant que les fibres naturelles, le nylon conférait au bas une grande longévité. Résultat, les ventes s’en trouvèrent affectées… Les ingénieurs de la firme supprimèrent les additifs protégeant le nylon des rayons ultraviolets du soleil, afin que les ventes reprennent.

La « panne » d’imprimante Imprimantes

Le documentaire Prêt à jeter, réalisé par Cosima Dannoritzer en 2010, révèle un autre exemple désormais célèbre d’obsolescence programmée. On y découvre le message d’erreur d’une imprimante Epson signalant un tampon d’encre saturé et bloquant. Surprise, une puce aurait en fait limité son fonctionnement à 18 000 impressions pour obliger l’utilisateur, découragé par le coût de la réparation, à la remplacer…

Cette stratégie a également été mise en œuvre pour les cartouches. En 2008, le site PC World révélait que plusieurs modèles d’imprimantes à jet d’encre se bloquaient pour faible niveau d’encre, alors que la cartouche en contenait encore parfois jusqu’à 45 %… (à lire sur greenit)

RiviereTirer la moelle de nos produits

Une source d’inspiration pour sortir du modèle « extraire-produire-consommer-jeter » : l’économie circulaire. Elle consiste à « tirer la substantifique moelle de tous nos produits de consommation pour allonger leur durée de vie » (www.institut-economie-circulaire.fr) en les réutilisant ou en recyclant leur matière. Les déchets des uns deviennent alors les matières premières des autres et les entreprises intègrent le devenir de leurs produits dans leurs choix techniques.

Au delà de boucles de recyclage, cette nouvelle approche économique invite aussi à explorer l’économie de la fonctionnalité : plutôt que la vente de produits, les entreprises en proposent l’usage, sur le mode de la location. Une offre déjà en place aux Pays-Bas pour de la moquette, des chaises, des équipements de lumière.

Crédits images : flickr – Pafgadget / flickr – louis.foecy.fr / flickr – jared moran / flickr – machphot

Quelques chiffres

Condensateur3 ans – 3000 h

C’est la durée (limitée) d’utilisation de nombreux téléviseurs écran LCD de marque Samsung. Une fois la garantie atteinte, impossible de les rallumer ! La faute à la surchauffe de leurs condensateurs. Un réparateur interviewé pour le magazine Cash investigations de France 2 explique qu’entre 5 et 10 cartes électroniques défectueuses de ces téléviseurs arrivent chaque jour chez lui. Et nous apprend que les condensateurs en question sont de très mauvaise qualité et placés (innocemment ?) juste à côté des radiateurs de la carte électronique…

Réparer ou pas ?Reparation

Une étude de l’Ademe publiée en 2006 estime qu’un consommateur est généralement d’accord pour payer une réparation si son coût est inférieur à 33 % du prix de l’équipement neuf. Mais que seulement 10 % d’entre eux l’acceptent si la facture se situe entre 33 et 50 % du prix d’achat et personne si elle dépasse les 50 %.

Machine_pain25 € plutôt que 10 centimes

C’est ce que vous coûtera la réparation de votre machine à pain, lorsqu’immanquablement le joint de l’axe de son pétrin sera usé. Ce joint n’étant pas disponible en pièce détachée, vous devrez changer la cuve entière.

Crédits images : flickr -Fields of view / flickr – rmkoske / flickr – born2lovelife

Pistes pédagogiques

Séquence de travail avec des élèves de cycle 3

Compétences travaillées
Sciences et technologie
les objets techniques / développer la curiosité, l’esprit critique et l’intérêt pour le progrès scientifique et technique / comprendre que le Développement Durable correspond aux générations actuelles et futures / les déchets : réduire, réutiliser, recycler.
Géographie

aborder la notion de pollution

Français
enrichissement du lexique / maîtrise de la langue orale / justifier son point de vue / communiquer
Compétence IV du socle commun
développer le sens critique face à l’information et à son traitement.« L’apprentissage de l’argumentation passera par la justification des points de vue pour aboutir au raisonnement, étayer une idée, voire fonder une opinion. L’élève est amené à réfléchir, nommer les choses, argumenter, défendre sa position, s’interroger, douter, rechercher. Le maître est le garant des conditions de l’échange et de la conclusion des réflexions menées. »

NOTIONS À TRAVAILLER EN AMONT

Mener l’enquête sur la durée de vie des appareils électriques à l’école, à la maison 

Quand ont-ils été acheté ? Qu’est-il arrivé à leurs prédécesseurs, et à quel âge ? Durent-ils plus ou moins longtemps ?

ANALYSE DU FILM

– Visionner le film.
– Demander aux élèves ce qu’ils ont compris.
– Organiser un débat sur ce que les élèves ont compris : exposer, défendre son point de vue.

Lexique
Obsolescence, condensateur, roulement, fiabilité, DLC : date limite de consommation, DLUO : date limite d’utilisation optimale

PROPOSITIONS D’ACTIVITÉS

Comprendre les enjeux environnementaux et sociétaux de l’obsolescence programmée

Elle engendre des enjeux environnementaux majeurs à l’échelle planétaire. L’accumulation des déchets, notamment les déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE), entraîne de graves pollutions et les ressources naturelles s’épuisent de plus en plus vite à l’échelle de la planète.
Comprendre à qui profite les différentes obsolescences (cf. Les bons gestes, Vous avez dit obsolescence ?).

 Comprendre les enjeux liés au recyclage des DEEE

– Parmi les composants des appareils électriques et électroniques on trouve des métaux rares mais aussi des produits toxiques.
– Trier et valoriser : récupérer les métaux précieux, traiter les produits toxiques, c’est protéger l’environnement.

 Recyclage et solidarité 

– Réparer, c’est créer des emplois. (Emmaüs)
– Réparer, c’est donner une nouvelle vie à l’appareil.
– Réparer, c’est permettre l’accès de personnes défavorisées à certains objets qui leur sont inaccessibles.

 La surconsommation

– Achats et besoins : pour quelles raisons achète-t-on tel ou tel objet ?
– Achats et envie : s’interroger sur les raisons qui nous amènent à faire des achats, pas toujours utiles, d’objets dont on se lasse très vite. Exemple : les petits jouets ou objets pas chers, mais qui pollueront une fois qu’ils ne serviront plus (les peluches qui parlent, les mini-ventilateurs…)
– Les objets que l’on n’utilise plus : qu’est-ce qu’on en fait ?
– Débat : on jette, on donne, on recycle, on abandonne dans un coin ? Expliquer, justifier, argumenter, défendre son point de vue. Évoluer vers une attitude de consommateur responsable.

 Sensibiliser les élèves au gaspillage des produits alimentaires

(cf. Les bons gestes : Distinguer les dates limites)

– Apprendre à lire les étiquettes des produits et notamment leur permettre de faire la différence entre : « à consommer avant le … » et « à consommer de préférence avant le… » en lien avec l’éducation à la santé et apprendre à moins jeter des produits encore consommables.
– Mettre en place des actions simples comme réduire le gaspillage du pain en lien avec la restauration scolaire.

QUELQUES PISTES POUR ALLER PLUS LOIN

Expression écrite / orale : Mettre en place des jeux de rôles permettant aux élèves de se mettre à la place des différents protagonistes. Écrire de nouveaux scénarios avec d’autres appareils, les mettre en scène.

La pollution : D’autres objets usuels contiennent des produits toxiques ou des métaux précieux et il est essentiel de les trier et de les recycler (les piles, les batteries, les cartouches d’encre, les ampoules, les aérosols, les appareils électriques comme les réfrigérateurs…).

Auteur : Françoise Henriet © Canopé académie de Besançon – mai 2014

Vous souhaitez nous proposer vos propres pistes pédagogiques ? Quelle bonne idée !
Cliquez ici pour nous l’envoyer…

Mini jeux

 
En cas de problème pour voir le jeu, essayez un autre navigateur web !

Exemples d'utilisation

A Castelginest (Haute-Garonne), Florence Vignau a utilisé la série dans le cadre d’une journée de sensibilisation à l’environnement pour un public qui n’était pas, de prime abord, lié aux questionnements écologiques. « Nous créons pour cette journée un espace où nous proposons des vidéos en continu des énergivOres, de Bridget Kyoto et de Planet Bureau, 3 web séries que nous avons adorées ».

Vous avez utilisé cet épisode ou la série des énergivOres à l’école, en formation, en projection, dans un festival… ? Nous sommes très intéressés par votre témoignage…

Prenez quelques instants pour répondre à un rapide questionnaire en cliquant ici !