Poster un commentaire

  1. Sylvie

    géant, c’est géant ………………………..

    j’adore cette première vidéo

    29/03/13 - - Répondre

  2. kathia

    Je ne savais pas tout sa 😮 !!
    Je constate qu’avec ce genre de vidéos on peut apprendre beaucoup de choses par rapport a ce qui nous entoure au quotidien !!
    Très instructif !!
    Pour les petits comme pour les grands !

    30/03/13 - - Répondre

  3. Georges (l'auteur)

    Merci !

    03/04/13 - - Répondre

  4. Emilie

    C’est vidéos sont géniales, je travaille avec les enfants, c’est parfait pour les sensibiliser à la consommation durable : merci merci merci!!!

    04/04/13 - - Répondre

  5. Manoel

    Super. J’ai même ajouté cet épisode sur mon blog.
    J’ai aussi ajouté une petite traduction en portugais, pour aider les gens qui ne comprennent pas le français.

    04/04/13 - - Répondre

  6. Maxime, Samuel , Romain, Nathan et les autres

    la video est trop bien, elle est èducative.
    A continuer;
    Les élèves du club environnement du collège St Bruno
    38380 Entre 2 Guiers

    05/04/13 - - Répondre

  7. emilie

    j’adore les énergivores!!!!
    on y travaille a l’école et c trop top !!!
    (j’espère avoir une bonne note a mon évaluation jeudi);)

    29/05/13 - - Répondre

    • Les énergivOres

      Bonne chance Émilie pour jeudi !

      05/06/13 - - Répondre

  8. François

    J’ai un remède pour lutter efficacement contre l’impact écologique des fleurs sans s’en passer :
    http://www.art-renouvelable.com

    26/02/15 - - Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Masquer les commentaires

Les bons gestes

Les circuits courts, aussi pour les fleurs !Tournesols

Jetez un œil en faisant votre marché, vous y trouverez peut-être les bouquets de fleurs d’un horticulteur local. Certains proposent également la cueillette à la ferme. Plusieurs espèces sont cultivées en pleine terre : tournesol, reine-marguerite, dahlia, statice, rose d’Inde, muphlier, immortelle, zinia, pois de senteur, etc.

En plus de soutenir une activité locale, vous éviterez les compositions standards des grandes chaînes.

Attention toutefois aux faux-amis : des fleurs locales cultivées sous serre chauffée n’auront pas d’intérêt énergétique…

JonquilleDans la nature

Dès le printemps, composez vos propres bouquets à partir de fleurs sauvages (jonquilles, jacinthes, anémones, etc.), en prenant soin de ne pas en prélever trop, afin d’en retrouver l’année suivante. Les tiges et les branches rendront vos compositions originales : disposez des branches de saules dans un vase au printemps, il se couvrira en quelques jours d’un feuillage vert tendre ! Plus tard dans l’année, pensez aux fruits rouges du houx, aux épis de blé…

Des fleurs de votre jardinHortensia

L’hortensia est une plante facile à cultiver et dont les fleurs se maintiennent plusieurs jours dans un vase. Idéal pour un bouquet d’été ! Pour vos prochains cadeaux ou pour décorer votre intérieur, plantez et semez des fleurs dans votre jardin. Un rosier ne vous offrira certes pas de fleurs à la Saint Valentin, mais le plaisir d’offrir n’en sera que plus grand.

Pour les plantations en pot, attention au terreau que vous achetez : il est souvent constitué de tourbe importée d’Europe de l’Est, dont l’extraction détruit les zones humides. Préférez donc les composts produits localement.

OrchideesPlante jetable

Pas d’idée cadeau ? On peut toujours offrir une orchidée… Mauvaise idée : les promos sur les fleurs et les plantes en pot, qui peuvent paraître plus « durables », cachent en fait un produit au lourd bilan énergétique. Cultivées intensivement,  transportées sur de grandes distances et boostées pour la période de vente, ces plantes jetables se fanent généralement très vite et finissent à la poubelle. À éviter !

Crédits images : C. Chagnot / flickr – marie / flickr – vexin-gerbor / flickr – joyoflife

Sciences et techniques

SerreAmbiance artificielle

 Pour répondre à la demande constante en fleurs coupées, totalement déconnectées des saisons, les producteurs les plus intensifs construisent des serres où sont strictement contrôlés l’ensemble des facteurs de production :

– Température : utilisation d’un système de chauffage conséquent, pour la nuit et les jours sans soleil. C’est le poste le plus énergivore de la production.

– Rayonnement, nécessaire à la photosynthèse. Un éclairage artificiel vient parfois compléter l’éclairage solaire pour augmenter la croissance.

– Humidité de l’air (hygrométrie) : elle aussi très influente sur la photosynthèse. Selon les cas, il faut déshumidifier l’air pour compenser la transpiration des plantes ou ajouter de l’humidité ambiante.

– Gaz carbonique : teneur augmentée pour favoriser la croissance végétative.

– Substrat : du terreau reconstitué, auquel on ajoute des fertilisants.

– Maladies : limitées au moyen de produits pesticides (insecticides, fongicides, etc.).

Beaucoup de précaution… et d’énergieOrchidees2

Le faible coût de la main d’œuvre dans les nouveaux pays producteurs de fleurs (Colombie, Kenya, Chine, etc.) permet aux multinationales de délocaliser leur production et de l’importer en avion. Roses, orchidées (sur la photo des Cymbidium) et autres fleurs coupées sont ainsi empaquetées à la main dans de longues boîtes, elles-mêmes disposées dans des emballages matelassées et plastifiées qui évitent les chocs mécaniques et thermiques pendant le transport terrestre et aérien.

En France, les grossistes et chaînes de magasins de fleurs et plantes fonctionnent à flux tendu : les fleurs ne restent pas plus de deux jours en stock dans les centrales d’achat, d’où elles sont livrées jusqu’à 6 fois par semaine.

Crédits images : flickr – sint-katelijne-waver / flickr – 34480553@N06

Quelques chiffres

Les Pays-Bas dirigent le marché mondialCaisses_de_fleurs

Premiers producteurs mondiaux de fleurs, les Pays-Bas hébergent également le plus grand marché aux fleurs, à Aalsmeer. 48 millions de fleurs y sont vendues par jour, au cadran ou en ligne. La Hollande se place aussi en tête pour les importations et assure, pour un chiffre d’affaires de 4 milliards d’euros, 84 % des exportations de fleurs (en partie de la réexportation !). Face à une demande mondiale qui ne tarit pas, d’autres pays se sont imposés sur le marché tels que la Colombie (12 % des exportations), l’Équateur (7 %) et le Kenya. Nouveau venu, la Chine.

Sources : CDHAL, Le Figaro, La Croix, Arte

CamionnetteBalance commerciale française

Le déficit commercial français pour les « plantes vivantes et produits de la floriculture » s’est établi en 2011 à 856 millions d’euros. Les fleurs coupées représentent 31 % de nos importations dans cette catégorie. L’essentiel de nos échanges se fait avec le reste de l’Europe, les Pays-Bas restant de loin notre principal fournisseur (65 % de la valeur totale des achats).

Source : FranceAgriMer

Un bilan épineuxRoses

Les roses de la Saint-Valentin, offertes en hiver, dissimulent une consommation énergétique bien peu romantique : qu’elles soient produites aux Pays-Bas dans des serres chauffées à 16-18 °C ou importées du Kenya, elles émettent selon les estimations un dégagement de CO2 allant de 670 g à 2,9 kg par fleur pour les premières et de 335 g à 500 g pour les secondes.

De plus, le succès des nouveaux pays exportateurs de fleurs (Colombie, Equateur, Chine, etc.) se fait au détriment de la santé des travailleurs agricoles et de leur rémunération. C’est pourquoi des  initiatives de labellisation environnementales et sociales se développent : Fair Flowers Fair plants, MPS, Max Havelaar, etc.

source : Planetoscope.com

Crédits images : Flickr – Arien Holden / Flickr – gelinh / Flickr – xiu*5

Pistes pédagogiques

Séquence de travail avec des élèves de cycle 3

Compétences travaillées
Sciences et technologie familiariser les élèves à une approche sensible de la nature, les êtres vivants dans leur environnement
Mathématiques résolution de tâches complexes (nécessite des recherches importantes sur le net)
Géographie la France dans le monde, notion de pollution, produire en France et importer des produits…
Français enrichissement du lexique / maîtrise de la langue orale / justifier son point de vue / communiquer
Compétence IV du socle commun : développer le sens critique face à l’information et à son traitement

NOTIONS À TRAVAILLER EN AMONT

D’où vient cette fleur ?

– Possibilité pour une classe de se déplacer chez un fleuriste ou par binômes ou petits groupes de faire une enquête individuelle chez différents points de vente de fleurs (grandes surfaces, commerçant indépendant ou franchisé…)

En hiver, l’enseignant apporte une fleur, ou une plante hors saison en classe.
– Qu’est-ce que c’est ? Comment pousse-t-elle, que faut-il pour que cette plante pousse ? Les températures sont très basses, c’est l’hiver, normalement les fleurs ne poussent pas.
– Comment est-elle arrivée sur mon bureau ? Les élèves essaient de retracer le cheminement de la plante en émettant des hypothèses (serres, pays étrangers).

Les fleurs de saison : quelles fleurs de saison devrions-nous trouver chez le fleuriste ?

Rechercher et lister les fleurs ou plantes poussant naturellement à chaque saison et comparer cette liste à ce que l’on trouve chez le fleuriste.

ANALYSE DU FILM

– Visionner le film.
– Relever les détails (images ou dialogues) qui interpellent.
– En débattre, exposer, défendre son point de vue.
– Cette thématique est très riche et amène à traiter beaucoup d’aspects du développement durable. L’étudier dans la même séquence que « Les hors saison » permet d’aborder sous deux angles les notions économiques de l’importation.

  • Lexique
    Humidificateur, chauffage, lumières, produire bio, produits de saison.

PROPOSITIONS D’ACTIVITÉS

Importer des fleurs ça pollue l’air : pourquoi ?

– Constater :
Bogotta (Colombie), Inde, Kenya, Thaïlande, Hollande… Par groupes, les élèves situent ces pays sur une mappemonde, calculent les distances par rapport à la France et la consommation de carburant que l’importation de produits venant de ces pays entraîne.

– Par avion :
Importer des fleurs (ou des fruits et légumes) par avion consomme 10 à 20 fois plus de pétrole que la même fleur produite localement.

– Par camion :
Une rose en hiver c’est beau mais quand on sait qu’il faut 5L de gasoil avant qu’elle arrive dans un vase c’est tout de suite moins beau.

– Comprendre :
La pollution par combustion des hydrocarbures (mots clés : gaz toxiques, effet de serre, pollution atmosphérique, réchauffement climatique, gaspillage, modes de transports…)
Les sources d’énergies non renouvelables (gisements, quantité limitée, gaz, pétrole, charbon, réserves naturelles…)

– Agir :
Réduire l’empreinte écologique en :
– achetant des produits de saison ou d’autres cadeaux que des fleurs
– se rendant sur des marchés locaux à partir du printemps pour trouver des fleurs « de jardin »

QUELQUES PISTES POUR ALLER PLUS LOIN

Importer des fleurs ça pollue aussi l’eau et les sols : pourquoi ?
Enquêter sur l’impact écologique sur la faune et la flore de l’utilisation des pesticides et engrais chimiques dans la culture intensive. Quelles sont les solutions alternatives ? Agriculture bio, raisonnée, etc.

Et cultiver en France sous serres ça pollue autant?
Après débat, échange de points de vue, et en tenant compte de ce qu’ils ont vu dans le film, les élèves émettent des hypothèses afin d’essayer de comprendre pourquoi le bilan carbone des roses africaines est 5 fois meilleur que les fleurs française…
Ils pourront créer un questionnaire destiné à un producteur des roses dans le sud-est de la France, à un producteur de tulipe dans la Loire … afin de les tester.

Cultiver un jardin à l’école : association de plantes amies, cycle de vie de la plante, biodiversité…

Auteur : Isabelle Mathiot © CRDP de l’académie de Besançon – juin 2013

Vous souhaitez nous proposer vos propres pistes pédagogiques ? Quelle bonne idée !
Cliquez ici pour nous l’envoyer…

Mini jeux

En cas de problème pour voir le jeu, essayez un autre navigateur web !

Exemples d'utilisation

Marc Hergle, enseignant de français dans une école internationale, a utilisé les énergivores pour allier la découverte de la langue française et le questionnement sur le développement durable.

« Puisque mes étudiants apprennent le français, j’ai travaillé en amont sur les petites vidéos en créant des questions, puis j’ai soumis les vidéos aux élèves et ils ont répondu aux questions à l’oral (exercice de compréhension orale). Le résultat a été très positif car bien que les vidéos soient amusantes, elles sensibilisent réellement et le message passe sérieusement. Et après la découverte des films, la réflexion se prolonge au quotidien. J’ai travaillé environ deux semaines sur la totalité des vidéos (45 minutes par jour). Puis nous avons discuté de nos propres modes de consommation (ex : pour demain, si tu vas au supermarché, fais une liste de la provenance des aliments, etc.). »

Vous avez utilisé cet épisode ou la série des énergivOres à l’école, en formation, en projection, dans un festival… ? Nous sommes très intéressés par votre témoignage.

Prenez quelques instants pour répondre à un rapide questionnaire en cliquant ici !