Poster un commentaire

  1. bouattoura salim

    Très bien, simple, efficace avec des chiffres a la clef.

    Continuez !!! ON EN VEUT ENCORE.

    03/04/13 - - Répondre

  2. Georges (l'auteur)

    Merci ! 20 épisodes sont prévus, vous pourrez donc en voir encore 4 nouveaux d’ici l’été…

    03/04/13 - - Répondre

  3. camillounette

    ou sinon on peut vivre sans portable ni tablette ni tele …

    15/04/13 - - Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Masquer les commentaires

Les bons gestes

Repenser ses usagesflickr / philcampbell

Solliciter moins de débit et de stockage, par des réflexes simples, ce n’est pas si compliqué :

– limiter le nombre de destinataires de ses mails et ne pas faire transiter de gros fichiers sans y réfléchir à deux fois,

– préférer les « marque-pages » ou « favoris » aux moteurs de recherche,

– lorsqu’on ne s’en sert pas désactiver les fonctions Wifi, bluetooth, GPS et utiliser avec parcimonie les réseaux sociaux qui induisent un fonctionnement permanent de nos appareils.

Les classiques à ne pas oublier ! Un petit rappel des gestes élémentaires d’économie d’énergie pour son ordinateur : l’éteindre si on ne s’en sert pas, éteindre son écran et régler la veille prolongée sous Windows en cas de pause longue.

Votre ordinateur est-il vraiment à jeter ?flickr / Paul Garland

Retenez bien ce chiffre : 1000 kilowatts heure, c’est en moyenne l’énergie nécessaire à la fabrication, au transport et à la commercialisation de votre ordinateur. De quoi faire réfléchir avant de changer de poste sous prétexte d’avoir le dernier modèle.

L’attitude la plus responsable pour éviter le gaspillage énergétique est de faire durer au maximum ses appareils. Conserver 3 ans de plus son PC revient à économiser la quantité d’énergie nécessaire à sa fabrication.

Stocker chez soi ou en ligne ?flickr / freedryk

La comparaison de l’impact énergétique de ces deux options oppose :

– l’énergie nécessaire à la production et (surtout) au fonctionnement des centres de données où vous pouvez, par exemple, stocker vos photos de vacances

– l’énergie nécessaire à la fabrication d’un disque dur externe (son fonctionnement consommant peu).

Les avis sur le sujet sont assez divers mais si vous ne sauvegardez pas en permanence vos fichiers il semble plus pertinent de disposer d’un disque local.

Crédits images : flickr – philcampbell / flickr – Paul Garland / flickr – freedryk

Sciences et techniques

Qu’est ce que le cloud computing ?flickr / Manager Web

Autrement dit, en français, « l’informatique en nuage ». Ce concept désigne l’externalisation dans des serveurs distants du stockage d’informations ou de certaines opérations informatiques. Accéder partout, gratuitement, à sa messagerie c’est déjà « faire du cloud ».

Cette technique a séduit les entreprises : elle leur évite d’acheter des serveurs, leur permet de mutualiser des moyens informatiques et de sécuriser leurs données.

Le développement de l’informatique en nuage a considérablement fait augmenter le flux de données sur Internet.

Où sont mes données ?flickr / skreuzer

Les données qui transitent par Internet sont stockées et générées dans des centres de données, couramment appelés data center. Souvent très grands (une dizaine de terrain de foot pour certains…), ils regroupent des milliers d’ordinateurs fonctionnant en permanence (des serveurs, pour le stockage et le calcul) ainsi que des appareils de télécommunication. Une concentration de puissance en moyenne égale à 2500 watts par m² !

Ces équipements génèrent de la chaleur, or, il faut impérativement éviter leur surchauffe. Les data center consomment donc de l’énergie à double titre : pour fonctionner ET pour être climatisés.

 

Du fait de son pouvoir calorique élevé et de sa disponibilité, l’eau est couramment utilisée pour refroidir les data center. Une climatisation « naturelle » à faible empreinte écologique. Le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) fait ainsi circuler de l’eau glacée dans les portes de ses salles. Autre exemple, le Pacific Northwest National Laboratory, aux États Unis, capte de l’eau souterraine de ses sous-sols pour refroidir les portes de son centre de calcul et ainsi rafraîchir ses locaux.

(source : www.greenit.fr)

Efficience énergétiqueflickr - Marind is waiting for les tambours de la pluie

L’indicateur d’efficience énergétique (ou Power Usage Effectiveness, PUE) établit le rapport entre l’énergie totale consommée par un centre de données et celle effectivement utilisée par les ordinateurs et équipements de télécommunication. La différence provient notamment de la climatisation et des pertes en ligne.

Le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA), en remplaçant partiellement sa climatisation par un circuit d’eau pour refroidir ses salles de traitement de données (voir Où sont mes données), a vu son PUE passer de 1,6 à 1,35.

Pour aller plus loin : c’est ici.

Crédits images : flickr – Manager Web / flickr – skreuzer / flickr – Marind is waiting for les tambours de la pluie

Quelques chiffres

Un gouffre énergétiqueflickr / Matt Brock

Les centres de traitement de données ont absorbé, en 2010, entre 1,1 et 1,5 % de la demande électrique mondiale. Si l’ensemble des data centers était un pays, il occuperait en 2012 le 5e rang mondial en termes de demande en électricité.

Technologies accros aux kilowattsflickr / FHKE

En 2008, on estimait en France entre 55 et 60 Terawatts-heure la consommation électrique annuelle liée aux technologies de l’information et de la communication, soit 13,5 % de la consommation totale. Cette consommation augmente au rythme soutenu d’environ 10 % par an ces dernières années, sous l’effet notamment de l’introduction de la Télévision Numérique Terrestre (TNT) et de la Haute Définition (HD).

Source : rapport TIC et développement durable, décembre 2008, ministères en charge de l’écologie et de l’industrie.

Jamais sans mes mailsflickr / Jon Gosier

247 milliards de courriers électroniques ont été envoyés par jour dans le monde en 2009 en comptant les spams. Ce chiffre pourrait s’élever à 507 milliards en 2013.

Derrière mon smartphone…flickr / Phil Roeder

L’énergie utile à la fabrication d’un smartphone représente entre 50 % et 80 % de son énergie grise (celle consommée lors de son cycle de « vie » : depuis la fabrication jusqu’au recyclage). Ce n’est donc pas tant leur fonctionnement qui nécessite de l’énergie mais leur élaboration : de quoi nous inciter à ne pas en changer trop souvent.

18 mois : c’est le délai moyen de renouvellement d’un téléphone portable en France (TNS Sofres 2006), alors qu’il pourrait potentiellement fonctionner dix ans en changeant de temps en temps sa batterie (Ademe 2012).

Crédits images : flickr – Matt Brock / flickr – FHKE / flickr – Jon Gosier / flickr – Phil Roeder

Pistes pédagogiques

Séquence de travail avec des élèves de cycle 3

Compétences travaillées
Sciences et technologie
l’énergie (besoins en énergie, consommation et économie)
EDD
Comprendre l’impact de l’activité humaine sur l’environnement. Eduquer à l’environne- ment pour un développement durable à l’école primaire (Réduire, réutiliser, recycler).
Français
enrichissement du lexique / maîtrise de la langue orale / justifier son point de vue / com- muniquer
Compétence IV du socle commun
développer le sens critique face à l’information et à son traitement.« L’apprentissage de l’argumentation passera par la justification des points de vue pour aboutir au raisonnement, étayer une idée, voire fonder une opinion. L’élève est amené à réfléchir, nommer les choses, argumenter, défendre sa position, s’interroger, douter, rechercher. Le maître est le garant des conditions de l’échange et de la conclusion des réflexions menées.»
Compétence VII du socle commun
initiative et autonomie

NOTIONS À TRAVAILLER EN AMONT

– B2i2e : Internet et les nouvelles techniques usuelles de l’information et de la communication
Domaine 1 : s’approprier un environnement informatique de travail ;
Domaine 2 : adopter une attitude responsable ;
Domaine 3 : créer, produire, traiter, exploiter des données ;
Domaine 4 : s’informer, se documenter ; Domaine 5 : communiquer, échanger.

ANALYSE DU FILM

– Visionner le film.
– Relever les détails (images ou dialogues) qui interpellent.
– En débattre, exposer, défendre son point de vue.
– Mettre en lien ce qui est exposé dans le film et les réponses à l’enquête.

Lexique
Cloud, centre de traitement, climatiser, alimenter, surfer, télécharger, mettre en ligne, CO2

PROPOSITIONS D’ACTIVITÉS

A – Visionner le film jusqu’à l’arrivée du « Cloud » (33’)

– Relever les détails (images ou dialogues) qui interpellent.
– En débattre, exposer, défendre son point de vue.
(Comment les élèves ont compris ce qu’ils viennent de voir ? Leurs impressions par rapport aux nouveaux outils technologiques. Qu’est-ce que le « Cloud » ? Que savent-ils du fonctionnement d’Internet ?) (cf. Sciences et techniques)
– Quel(s) lien(s) font-ils avec leur vie quotidienne ?
– Questionnement / débat / point de vue …

« Maintenant plus besoin de papier ni d’essence.
– Ouais, c’est clean pour la planète. »
Mais pourquoi ?
– Travail sur la fabrication du papier et sur l’impact écologique de la déforestation.
– L’essence donc le pétrole, une énergie fossile polluante en voie de disparition ? (mots clés : gaz à effet de serre, réchauffement climatique, accords de Kyoto…)
– Les élèves peuvent-ils imaginer les conséquences énergétiques qu’engendre l’utilisation de ces nouveaux outils informatiques ?
– Que faut-il pour surfer sur Internet ? (alimentation électrique donc production d’énergie) (Les bons gestes : repenser les usages)

B – Visionner la totalité du film : Démarche identique en définissant au besoin le vocabulaire spécifique.

Les objets techniques: quels besoins énergétiques pour faire fonctionner le net ?
– Le stockage et l’accès aux données ne sont pas quelque chose de virtuel. Cela demande des apports en énergie importants et, dans ce cas précis, des rejets de CO2 phénoménaux (travail sur la transformation de la matière en énergie)
– On pourra demander aux élèves d’identifier les différentes sources d’énergie utilisées pour le fonctionnement du net. Cela permettra de faire le lien avec l’EDD (comprendre l’impact de l’activité humaine sur l’environnement). (cf. Sciences et techniques : efficience énergétique / Quelques chiffres : technologies accros aux kilowatts)

Jeu de rôles et droit de réponse
– Des élèves volontaires recevront un rôle (ordinateur, téléphone, tablette, employé de bureau, informaticien… / livre, carte postale, dictionnaire, calendrier, facteur, libraire…) et devant le reste de la classe mettront en évidence, comme dans le film, les avantages et les inconvénients de chacun en se servant des connaissances travaillées en amont. Pourront-être abordées les notions de dématérialisation, d’économies de déplacement et de temps, de travail collaboratif mais aussi de pollution.- Le groupe de spectateurs pourra par la suite engager un débat dans le respect de la parole de l’autre. Devenir citoyen c’est avant tout faire preuve d’un esprit critique…

Devenir un « éco-surfeur »
– Quels gestes adopter pour devenir un utilisateur intelligent et raisonné du net ? Ne pas rester connecté sans en avoir l’utilité, ne pas télécharger à outrance, se connecter seulement lorsque les recherches le nécessitent réellement…
– Rédaction d’une charte « éco-surfeur » (cf. Quelques chiffres : jamais sans mes mails, / Les bons gestes : repenser ses usages)

QUELQUES PISTES POUR ALLER PLUS LOIN

Prévoir une visite de centrale électrique ou organiser la venue en classe d’un ingénieur EDF

Connaître les différents modes de production et de transformation d’énergie en France.

Musique : travailler sur la chanson de Tryo, « Green washing » disponible sur… YouTube !

Évolution des modes de vies (à travailler en lien avec l’histoire), des livres papier aux livres numériques, du phonographe au format MP3, des jeux de plateaux aux tablettes…

Auteur : Isabelle Mathiot © CRDP de l’académie de Besançon – juin 2013

Vous souhaitez nous proposer vos propres pistes pédagogiques ? Quelle bonne idée !
Cliquez ici pour nous l’envoyer…

Mini jeux

 


En cas de problème pour voir le jeu, essayez un autre navigateur web !

Exemples d'utilisation

ARER« Suite à la découverte fort sympathique de la série de vidéos ludiques « les énergivOres » (vue sur le site national de la semaine du développement durable) », et « bien que le contexte climatique soit quelque peu différent », l’ARER (agence régionale énergie réunion), utilise la série, notamment sur son site Internet et son portail éducation, ainsi que lors d’actions de sensibilisation en milieu scolaire ou autre.

Cette association de type loi 1901, oeuvrant pour la promotion des énergies renouvelables et de la maîtrise de l’énergie sur l’île de La Réunion, assure également la mission Espace Info Énergie auprès de l’ADEME, et intervient donc en sensibilisation, information et conseils auprès de l’ensemble des Réunionnais et notamment des plus jeunes.

La série est utilisée par l’un des professeurs de technologie du collège Péguy de Morsang-sur-Orge qui travaille avec ses élèves sur les documents et les films qu’il trouve « particulièrement intéressants et pédagogiques », et aimerait même décorer sa salle avec des affiches des énergivOres !

Vous avez utilisé cet épisode ou la série des énergivOres à l’école, en formation, en projection, dans un festival… ? Nous sommes très intéressés par votre témoignage…

Prenez quelques instants pour répondre à un rapide questionnaire en cliquant ici !