Poster un commentaire

  1. Ranger

    Bravo! Très bien fait, très efficace et pédagogique!
    Continuez ainsi!

    17/10/12 - - Répondre

  2. fann30

    votre site est très bien mais sur cette vidéo je ne suis pas d’accord….J’ai fait un exposé sur les ampoules basses consommation et c’est un produit très polluant car elles contiennent du mercure.De plus une étude scientifique dit que leurs présence perturbe le sommeil et le cerveau….
    moyen, moyen tout ça!!Sinon les autres vidéo sont géniales!!

    22/03/13 - - Répondre

    • Caroline

      Tout à fait d’accord avec ce commentaire. Mitigée également sur ce type d’ampoules.

      Sinon, le reste, super !

      19/04/13 - - Répondre

  3. MISSEMER

    Vraiment très bien ces chouettes animations percutantes!
    Pour les ampoules,d’accord avec ces commentaires précedents,il faut bannir ces ampoules fluo contenant une dose de mercure si infime soit elle, perturbateur endocrinien avéré pour le commun des vivants(mortels)et invisible car à l’etat de gaz dans l’ampoule ,avec mis en danger d’autrui de la fabrication au recyclage,sans parler d’un bris possible pendant l’utilisation(chevet d’une lampe d’enfant…)de plus elles sont bradées car leur fin a sonné,les fabricants le savent avec l’arrivée des LEDS.On s’en est tous abondamment équipé croyant bien faire,le mercure est invisible au moment de la casse et inodore,très peu de mention sur l’emballage ou en tout petit,rarement la dose contenu(Lexman de Leroy Merlin fait l’effort),variable d’une ampoule à l’autre et dont le fabricant se fait fort de minimiser ou d’occulter car pas d’obligation de mention.Manipuler le mercure après une casse de thermometre par exemple n’est pas à prendre à la légère bien que dans ce cas il soit est visible.On peut trouver un sigle sur le culot de l’ampoule conseillant le recyclage (poubelle Hg!!!)comprend qui veut bien,la tete de mort avec danger mercure comme pour un paquet de cigarette serait plus explicite .Je connais la mesaventure d’une personne hypersensible à ce poison qui a cassé une ampoule dans sa voiture et qui s’est retrouvée avec des nausées chaque fois qu’elle l’utilisait,le gaz mercure liquefié a cause de la temperature un peu basse s’ incrusté dans la moquette et s’est evaporé au gré de la temperature du vehicule jusqu’à complete evaporation dans l’air parfois confiné du véhicule.
    Je me suis orienté vers les ampoules LED plus faciles d’emploi ,encore moins gourmandes ,solides et de faible encombrement,les prix baissent et la qualité de la lumière est là ,l’ampoule reste à peine tiède et non dangereuse pour un chevet enfant par exemple,on trouve toutes sortes de douilles maintenant,y compris à baillonette.L’evaluation de la quantité des polluants restent à définir par les fabricants si demande est faite par les pouvoirs publiques,il ya aura peu être des mauvaises surprises mais pas de mention sur l’emballage pour le moment , je pense que c’est un bon compromis , plus d’avantages que d’inconvenient,la part de conso electrique pour l’eclairage d ‘une maison avec ces ampoules bat des records ,bien choisir la puissance en fonction du contenant d’ampoule,de 2 à 13w,sachant que 13w equivaut à 100w filament et ça éblouit vraiment! La 9w est facile à utiliser,on eclaire agreablement un sejour 30m2 avec 2 ampoules.Les tester au magasin,c’est mieux,elles sortent en Warm light,c’est a dire des tons chatoyants dont on a l’habitude avec les filaments.L’investissement en vaut la chandelle(wouaf) mais on peut le faire petit à petit.Made in China,mais ça on a l’habitude.
    cordialement
    Gilles Missemer

    01/12/14 - - Répondre

  4. MISSEMER

    J’oubliais 2 autres mauvais points qui vont à l’encontre des ampoules à tube fluorescent(cette technologie est rarement inscrite en clair,et les tubes enroulés sont masqués dans un globe pour protéger ces derniers et en améliorer le look au détriment de l’encombrement )
    j’ai l’occasion de mesurer le rayonnement electromagnetique de ce type d’ampoule:
    -de 0 à 20cm,le seuil de rayonnement atteint et dépasse le seuil toléré pour un travailleur dans ce type d’environnement!(exemple: cas de travaux à proximité d’ antennes GSM,3G,4G,une zone de l’ordre du metre est materialisée en arriere de l’antenne et travailler dans cette zone se fait en temps très limité).Pour les non travailleurs,cette zone est evidemment étendue.A la maison,cette situation peut se retrouver quand ce type d’ampoule équipe une lampe de chevet bien proche de l’oreiller …bonne lecture mais trouble du sommeil assuré,une ampoule en suspension pour la table de salle à manger ….Au delà des 20cm,ouf!,le rayonnement existe mais s’attenue rapidement.
    Je n’ai pas déterminé la fréquence du rayonnement mais le champ mesuré est indépendant de la puissance de l’ampoule.Vraiment tout pour plaire.
    Pour l’ampoule à diode LED ,le type est bien marqué sur la boite,LED,et pas de rayonnement mesurable.

    A bon allumeur,salut!

    02/12/14 - - Répondre

Répondre à MISSEMER Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Masquer les commentaires

Les bons gestes

Acheter la bonne ampouleAcheter la bonne ampoule

L’étiquette « Énergie » nous guide dans notre choix. Elle classe les ampoules des plus économes (A) aux plus gourmandes (G) et indique aussi leur durée de vie (en heures), puissance lumineuse (en lumen) et puissance électrique (en Watt). Et parfois également le temps d’allumage complet.

Les deux types d’ampoules les plus économiques sont les fluo-compactes et les ampoules à LED.

Pour se repérer dans les ampoules : http://www.energie-environnement.ch/eclairage-et-piles/eclairage-de-jardin/138

L’halogène relookéeflickr / fral-torqui

Elle a le look des ampoules à incandescence du passé, elle est moins cher qu’une ampoule basse consommation, mais attention…. c’est une ampoule « halogène », qui parfois ne consomme que 20% de moins qu’une ampoule à l’ancienne. Vérifier son classement sur l’étiquette énergie et au besoin réservez la aux endroits que vous n’éclairez pas souvent.

Ne jouez pas trop avec l’interrupteurNe jouez pas trop avec l'interrupteur

Quand vous quittez une pièce, n’oubliez pas d’éteindre. Dans celles où vous revenez régulièrement, laissez allumé : les alternances éclairage/extinction contribuent à diminuer la durée de vie de vos ampoules.

Soigner son éclairage intérieurSoigner son éclairage intérieur

Pour les économies et le confort, favorisez l’éclairage naturel dans votre intérieur : bureau, plan de cuisine, table à manger gagnent à être disposés à côté d’une fenêtre.

Réservez aux lieux de vie les lumières artificielles puissantes : pourquoi doucher de lumière des toilettes ou un couloir ?

Evitez les abat-jour épais qui absorbent 50 à 80 % de la lumière et obligent à multiplier les sources lumineuses. Sur un bureau et au lit, maintenez une distance minimale de 30 cm entre les personnes et les ampoules.

Vous repeignez votre intérieur ? Pensez aux couleurs claires, idem pour le mobilier.

Où déposer mes ampoules cassées et usagées ?Où déposer mes ampoules cassées et usagées?

Attention : les ampoules basse consommation et LED contiennent de faibles quantités d’éléments polluants : mercure, antimoine, baryum, plomb, sodium, thorium. De même que les tubes fluorescents, il faut les déposer dans des poubelles conçues pour leur récupération et leur recyclage par l’éco-organisme Recylum :

–  dans une déchetterie,

– au magasin à l’occasion de l’achat d’une lampe neuve.

Les lampes faisant l’objet d’un recyclage sont signalisées à l’aide du pictogramme « poubelle barrée ».

Trouver le lieu de collecte le plus proche ici.

Les lampes à halogènes et à incandescences ne se recyclent pas et sont destinées à la poubelle normale.

Crédits images : D. R. / flickr – fral-torqui / flickr – delphine gimbert (extrait) / flickr – JoJoNeiL /D. R.

Sciences et techniques

Comment fonctionne une ampoule fluocompacte basse-consommation ?

Dans une ampoule fluocompacte, le filament n’éclaire pas par incandescence (en étant chauffé au rouge) : il émet des électrons qui interagissent avec le gaz contenu dans le tube, ce qui génère de la lumière. Celle-ci est ensuite transformée par la couche fluorescente recouvrant la paroi intérieure du tube.

Contrairement aux ampoules à incandescence, les fluocompactes produisent 80 % de lumière et seulement 20 % de chaleur à partir de leur consommation électrique, d’où leur rendement.

Les températures de lumière

La lumière émise par une ampoule se caractérise par sa puissance mais aussi sa couleur, qu’on appelle « température de lumière » et qui se mesure en degrés Kelvin. Cette indication sur l’emballage vous aidera à choisir le type de lumière qui vous convient le mieux :

Température :

2700 K

4000 K

5500 K

6500 K

Teinte :

Jaune

Faible jaune

Blanc froid

Lumière du jour

Recyclage des ampoules basse-consommation

Le recyclage des ampoules fluocompactes et LED s’effectue par broyage et découpage. Les produits sont réutilisés, brûlés (= énergie) ou neutralisés lorsqu’ils sont polluants :

1. Le verre constitue l’essentiel de la matière. Il permet des fabriquer des abrasifs, des isolants pour le bâtiment,

2. Les métaux (fer, aluminium, cuivre) sont réutilisés pour fabriquer divers produits,

3. Les plastiques sont incinérés,

4. Les poudres fluorescentes recouvrant l’intérieur des lampes, ne sont pas recyclables. Constituées de terres rares (silicates, aluminates), elles doivent être enfouies après extraction du mercure, dans des Centres de stockage sécurisé de classe 1),

5. Le mercure (0,005%), présent en infime quantité, est neutralisé.

Crédit images : schéma AREHN / photo Recylum

Quelques chiffres

1/6 de notre électricité1/6 de notre électricité

L’éclairage absorbe en moyenne 13 %, soit 1/6 des 2 700 kwh/an consommés en moyenne par les ménages français, hors chauffage et eau (Ceren et Remodece, 2008).

Vente d’ampoulesVente d'ampoules

9 ampoules fluocompactes se vendent chaque seconde en Europe.

38 millions d’ampoules usagées sont collectées en France chaque année pour être recyclées.

Source : Planetoscope

Banc d’essaiflickr / StormPetrel1

Coût d’éclairage comparé entre plusieurs types d’ampoules (3h d’éclairage par jour en moyenne ) :

Sur 1 an

Sur 5 ans

Sur 10 ans

Halogène (800 lumens-60 watts) => 7,50 € d’électricité / an (+ 3 € ampoule)

10,50 €

46,50 €

90,00 €

LBC (800 lumens – 15 watts) => 2 € d’électricité/ an (+ 8 € ampoule)

10,00 €

18,00 €

36,00 €

LED (800 lumens – 10 watts) => 1,3 € d’électricité/an (+ 20 € l’ampoule)

21,30 €

26,50 €

33,00 €

Source : Ajena

Crédits images : flickr – jef safi pictosophizing / flickr – StormPetrel1

Pistes pédagogiques

Séquence de travail avec des élèves de cycle 3

Compétences travaillées
Sciences et technologie Pratiquer une démarche d’investigation. Mobiliser ses connaissances dans des contextes scientifiques différents et dans des situations de la vie courante. Comprendre et mettre en œuvre des gestes citoyens pour faire des économies d’énergie dans des situations de vie quotidienne (Implication et Responsabilisation du futur consommateur).
EDD Comprendre l’impact de l’activité humaine sur l’environnement. Éduquer à l’environnement pour un développement durable à l’école primaire (réduire, réutiliser, recycler).
Français Enrichissement du lexique / maîtrise de la langue orale / justifier son point de vue / communiquer.
Mathématiques Aborder la notion de pourcentage. Gestion et organisation des données.
Compétence IV du socle commun   Développer le sens critique face à l’information et à son traitement.
Compétence VII du socle commun  Initiative et autonomie.

NOTIONS À TRAVAILLER EN AMONT

– Les différentes sources d’énergie et leur impact sur l’environnement.

Lexique
Ampoule, fluo, fluocompacte, fluorescente, incandescente, néon, halogène, LED, puissance, Watt, efficacité lumineuse, lumens, mercure, gaz inerte, lampe basse consommation (LBC), consommation

ANALYSE DU FILM

– Visionner le film.

– Comment les élèves le comprennent-ils ? Les aider : identifier les protagonistes, expliciter le titre et le terme requiem, les dialogues et le lexique technique.

– Relever les détails (images ou dialogues) qui interpellent.

– En débattre, exposer, défendre son point de vue.

PROPOSITIONS D’ACTIVITÉS

Comment ça marche ?

Comprendre et comparer le fonctionnement des ampoules à incandescence et des LBC. Cf. Sciences et techniques

Amener les élèves à rédiger une trace écrite commune en répondant par groupe à 3 questions

– Pourquoi changer nos vieilles ampoules ? (cf. Quelques chiffres : Banc d’essai). Revenir sur l’efficacité lumineuse, la puissance en Watt, la durée de vie, le coût d’achat et l’amortissement…

– Peut-on mettre des LBC partout ? Mettre l’accent sur le temps d’allumage des LBC (éviter les lieux où on allume et éteint souvent pour un court moment). Cf. Les bons gestes : Acheter la bonne ampoule. Les élèves pourront réaliser le schéma de leur maison et y placer les bonnes ampoules aux bons endroits.

– Peut-on agir à l’école ou à la maison ? Quelles ampoules sont utilisées à l’école et à la maison ? Est-ce judicieux ? Quels éco-gestes peut-on mettre en place facilement pour quelles économies ? L’enseignant pourra faire calculer aux élèves la consommation électrique annuelle due à l’éclairage et les économies engendrées par l’utilisation de « bonnes » ampoules.

Éveiller l’esprit critique

En abordant le recyclage des différents composants dont les poudres fluorescentes et le mercure (impact sur l’environnement et risques de pollution). Cf. Sciences et techniques : recyclage des LBC.

QUELQUES PISTES POUR ALLER PLUS LOIN

– Histoire des sciences : évolution de l’éclairage, de la lampe à huile à nos jours.

– Réinvestir les connaissances acquises en sensibilisant les autres classes aux bons gestes à adopter quotidiennement.

Auteur : Isabelle Mathiot © CRDP de l’académie de Besançon – septembre 2013

Vous souhaitez nous proposer vos propres pistes pédagogiques ? Quelle bonne idée !
Cliquez ici pour nous les envoyer…

Mini jeux


En cas de problème pour voir le jeu, essayez un autre navigateur web !

Exemples d'utilisation

Bientôt dans cet onglet des témoignages d’utilisation !

 

Vous avez utilisé cet épisode ou la série des énergivOres à l’école, en formation, en projection, dans un festival… ? Nous sommes très intéressés par votre témoignage…

Prenez quelques instants pour répondre à un rapide questionnaire en cliquant ici !